French English Retour Retour

Une Amérique habitée par Obama


Photos David RICHARD - Textes Vincent HILD

Quand Fox Faulkner s'est engagée pour monter une campagne pour Obama à Durham en Caroline du Nord, la question du sort de ses trois enfants s'est très vite posée. Elijah, Gabriel et Miranda, âgés respectivement 13, 11 et 2 ans passaient plus de temps avec leurs baby-sitters qu'avec leur mère... Avait-elle le droit de les délaisser à ce point pour voir le candidat de son rêve accéder à la présidence des États-Unis ? Très vite la réponse a surgit à son esprit : « que pouvait-elle faire de mieux pour ses enfants que de leur offrir Obama pour président plutôt que Mc Cain ». Depuis, sa grande maison s'est transformée en quartier général des volontaires qui vont de porte en porte dans tout Durham tenter de convaincre ses citoyens d'aller voter pour Obama, mais aussi les aider à le faire, au besoin en les conduisant au bureau de vote anticipé. Ce samedi, ils étaient plus de 200 à venir chercher leur feuille de route qui indique le nom et l'adresse des interlocuteurs à convaincre ou à transporter. Celle de Richard comportait trente cinq noms : 22 déclarés comme Démocrates, 11 indépendants et... deux républicains. Il croit savoir que la présence de républicains sur la liste n'est pas une erreur mais qu'elle est issue d'un recoupement des donateurs à Obama avec les fichiers électoraux des six ou huit dernières années qui disent si oui ou non les gens ont voté aux primaires, aux élections présidentielles, etc. C'est une autre équipe qui recoupe ces informations dans une pièce du rez-de-chaussée. Installés à sept sur la table, on aperçoit à peine sous les ordinateurs portables et la paperasse, le bois vernis du mobilier de la salle à manger. Tout au bout, Eleanor, 70 ans, fait du phonning. Elle prévient les gens de la visite prochaine des émissaires volontaires d'Obama. Dans la salon, enfin, Fox, remet les enveloppes, son mari explique le chemin sur de grandes cartes murales, la voisine apporte des cafés et des centaines d'inconnus traversent le salon en rapportant les résultats de leur porte à porte ciblé. Miranda, la petite dernière de Fox, elle, tente d'attirer l'attention de sa mère en la tirant par la manche. Dans sa salle de jeux des adultes enjambent les jouets éparpillés pour accéder à l'ordinateur relié à imprimante. TEXTE REPORTAGE (12000 signes)


 

David Richard / Transit / Picturetank RID0174539

Alyse, 18 ans, vote pour la première fois de sa vie pour élire le président des États-Unis. Sa voix sera pour Obama, ou plutôt son courrier, car elle a déjà voté par un courrier qu'elle à envoyé à Boston. A une semaine de la date décisive, elle s'affichera aussi souvent que possible aux yeux des New Yorkais comme une "Brunette pour Obama". - PORTRAIT par Vincent Hild (3-5 feuillets) -

New York, États-unis - 26/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0175448

Camion Brinks, aux États-Unis. photographie: David Richard

Durham New-York, Amérique, États-unis - 00/00/0000

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0175441

Betty, 85 ans, née Texane, dit ne pas être retournée là bas depuis une bonne centaine d'année tant les idées qui dominent dans cet état lui sont étrangères. Pourtant, son frère y réside encore. Bien sûr, il vote Mc Cain. Elle, parle de sa vie de démocrate depuis toujours. Enfin, depuis qu'elle arriva à New York en 1941 pour y trouver un travail, puis un mari et finalement élever ses deux enfants. New York est connu pour être majoritairement démocrate, alors elle ne s'explique pas pourquoi ses voisins, ses amis, qu'elle sait démocrates, n'arborent pas le pins d'Obama. Elle, tient à le montrer aussi souvent que possible pour signifier aux américains que l'occasion d'élire un homme intelligent, éduqué et héritier de tous les métissages de l'Amérique est une chance historique qu'il ne faut pas laissé échapper. D'ailleurs, ce dernier point est selon elle le noeud du problème. L'élection du 4 novembre dira si l'Amérique a muri où si les préjugés racistes perdurent, là encore.

New York, New York, États-unis - 29/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0174543

15h - Ivan, n'a pas l'habitude de parcourir les rames du métro new-yorkais la planche de surf à la main, mais quand il a vu sur surfline.com la qualité des vagues sur son spot préféré à trente minutes de Manhattan, il a tenu à avoir sa meilleur planche. D'habitude, il se contente de troquer son complet-veston pour son Blue-jeans décontracté et son collier de surfeur pour se rendre incognito à la petite maisonnette qu'il loue pour entreposer ses planches et ses combinaisons à 300 mètres de la plage.

New York, New York, États-unis - 26/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0174042

Pour Jennifer, 30 ans, en ce jour anniversaire du crack boursier de 1929, le souvenir du mardi noir est bien présent. Trader depuis six ans au New York stock Exchange, issue d'une famille où on est dans la finance de père en fille, Jennifer sait en rire, mais n'en oublie ni les risques pour elle et pour autrui. Hier encore, sa grand mère lui évoquait au téléphone comment les épargnants de l'époque avaient perdu 70% de leur argent. Si, précise-t-elle, les mécanismes n'étaient pas les même, comme aujourd'hui, tout le monde est concernée. Jennifer, elle, n'a pas perdu confiance. Elle vient d'annoncer à ses deux amis attablés à une terrasse en face de la bourse qu'elle allait se marier.

New York, New York, États-unis - 24/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0175445

Broadway avenue, New York le 29 octobre 2008

New York, États-unis - 29/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0175433

Renée, 18 ans, est fan. Non pas d'Obama ou de Mc Cain, mais de Tokyo Hotel, ce groupe allemand qui a mis les jeunes du monde entier à leur pied et à leur langue réputée si difficile. D'ailleurs, Renée ne cesse de parler allemand, pourtant, elle est américaine, née à New York et se trouve ni plus ni moins qu'au millieu de Broadway Avenue, au coeur de New York. Allongée à même le sol, sous une couverture, elle attend avec ses deux copines devant la porte de la salle qui vera leur idole se représenter sous leurs yeux ébahis, les premiers de toute la salle... et pour cause. Elles parlent d'Obama avec presque autant de fougue que de Tokyo Hotel, mais en anglais cette fois. Grâce à lui, ils payerons moins d'impôts, auront une meilleure couverture santé et surtout les américains aurons une meilleur ouverture d'esprit pour accueillir la différence et donc... Tokyo Hotel.

New York, États-unis - 28/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0175449

Scène de rue aux États-Unis. photographie: David Richard

Durham New-York, Amérique, États-unis - 01/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0175442

Bryan aime Obama, mais son compagnon préfère Mc Kain. Qu'à cela ne tienne, ils vivent ensemble. Heureux. Que trouve-t-il à ce militaire de carrière au programme conservateur, Bryan n'arrive pas à le comprendre, mais respecte cette différence. Il aime à espérer que si Mc Cain passe, il respectera la leur...

New York, États-unis - 28/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176232

Pavillon bourgeois, beaux jardins, belles voitures, on pourrait croire ce quartier nanti de ce qu'il y a de mieux, mais à en croire les habitants, il semblerait que pour faire leur bonheur et celui de leurs enfants il leur manque encore Barack Obama.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176220

Barack Obama à la corde avec Mc Cain, l'éléphant du parti républicain, affublé d'un bonnet d'âne... démocrate.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176340

Dans le salon familial, sur la cheminée deux photos regroupent la famille Faulkner autour de Michèle Obama, sur l'une, et de Barack Obama, sur l'autre. Prises les 1er et 5 mai 2008 en comité restreint à Durham, elles font la fierté de Fox qui se sent encore portée par ces moments de connivence autour de leur candidat aux élections présidentielles.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 02/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176156

Installés à sept sur la table, des volontaires rentrent dans leur ordinateur les modifications à apporter aux listing des électeurs d'Obama. On aperçoit à peine sous les portables et la paperasse, le bois vernis du mobilier de la salle à manger. Tout au bout, Eleanor, 70 ans, fait du phonning. Elle prévient les gens de la visite prochaine des émissaires volontaires d'Obama.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176224

Jeanette, la voisine de Fox, explique à Darryl comment se rendre dans un quartier qu'il doit démarcher et qu'il ne connait pas.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176219

Dans son salon, Fox Faulkner montre à des volontaires comment constituer les dossier à remettre aux autres volontaires pour qu'ils partent avec toutes les informations nécessaires à la réussite de leur mission et donc à la victoire de Barack Obama.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176320

Fox explique une nouvelle fois combien il est important de bien remplir le listing pour préciser si les gens ont été vu ou pas, pourquoi, etc. Pour que demain, si nécessaire une autre équipe puisse se rendre sur les lieux.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 02/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176305

Peck répond à une question de David, son voisin, qui gèrent les volontaires en train de téléphoner aux habitants de Durham pour s'assurer de la nécessité ou non de les mettre sur les listes de porte à porte. Plus bas la baby-sitter tente elle aussi d'avoir réponse à une question... que pose la petite !

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 02/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176211

Peck mène la danse dans son salon avec une nouvelle équipe de volontaires qui repartiront deux par deux faire le tour des votants pour s'assurer de leur vote pour Barack Obama.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176495

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176209

Un couple de volontaires sur le chemin du porte à porte emportent avec eux le visage radieux de Barack Obama ciblé sur leur poster, leur tee-shirt et leur pins.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176317

Des volontaires de retour d'une matinée de porte à porte ciblé ramènent les documents qui permettent d'entretenir les listes des gens à contacter ou à recontacter, à aider ou à conduire aux bureaux de vote le jour J.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 02/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176300

Dans le hall d'entrée des Faulkner, personne ne se connaît vraiment mais tous connaissent Barack Obama et la maison qui lui est dédiée à Durham.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 02/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176448

Une ville, Durham, mobilisée pour l'élection d' Obama. photographie: David Richard

Durham, Caroline du Nord Amérique, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176322

Dans la cuisine des volontaires préparent les enveloppes à remettre à ceux qui partent faire du porte à porte ciblé. A l'intérieur se trouve un canevas de discussion, un listing d'une trentaine d'adresses et de noms où se rendre, des visuels pour indiquer leur passage en cas d'absence de leur interlocuteur, quelques dépliants et sur l'enveloppe un plan détaillé de l'emplacement des différentes maison à visiter.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 02/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176162

Une volontaire s'en va accrocher une affiche pour Obama

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176147

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176128

Depuis quatre ans, tous les samedi de 12h à 13h, Richard, 67 ans, professeur de sociologie à l'université, et Wil, 59 ans, avocat de profession, se transforment en hommes sandwichs. Impassibles, au coin de Main street et de Gregson street au coeur de Durham en Caroline du Nord, entre regards noirs de désapprobation et coups de klaxons de sympathie, ils témoignent de leur horreur de la guerre. Aujourd'hui, deuxième jour des votes anticipés de ces élections présidentielles 2008, ils voient d'autant plus de raisons de manifester silencieusement contre la guerre que seul Obama est porteur de ce message et promet un rapatriement rapide de tous les « boys ». Mouvement informel créé peu de temps après le 11 septembre 2001 il réuni jusqu'à quinze personnes sur ce même trottoir.

Durham, Caroline du Norde, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0178545

23h, lundi 3 novembre 2008, Nashville, état du Tennessee, États-Unis - A la veille de l'ultime journée de vote des élections présidentielles américaines les militants de Barack Obama de Nashville dans le Tennessee aux États-Unis s'apprêtent à planter à tous les carrefours en vus de leur ville les porte-affiches de leurs candidats démocrates au Sénat, au Congrès et à la présidence des États-Unis. L'objectif de ces panneaux est de mettre en confiance les électeurs, de les décomplexer, de sorte à ce qu'ils se sentent portés par une vague bleue et que dès le matin ils pensent à aller voter pour leurs candidats démocrates.

Nashville, Tennessee, États-unis - 03/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176663

Bureau de vote anticipé, université de Duke, Durham le 02 novembre 2008. A la sortie du bureau, on distribue aux electeurs, un autocollant disant qu'ils ont voté le jour même.

Durham, Caroline du nord, États-unis - 02/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0175949

Jason, 27 ans, voulait voter aussitôt que possible pour Obama pour que la foire qui s'est déroulé durant les élections de 2000 ne se reproduise pas. Pour lui le parti républicain va chuter car les gens ne laisserons pas tomber Obama, au contraire ils se sentent plus concernés que jamais. Beaucoup de ces amis qui ne votaient pas les années précédentes se sont donnés la peine de le faire cette fois-ci. Ils ne veulent pas seulement une baisse du prix du pétrole, mais également des impôts plus égaux et surtout un soutient gouvernementale des familles plutôt que de gâcher inutilement de l'argent dans les guerres en Irak et en Afghanistan.

Durham, North Carolina, États-unis - 31/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0174540

Franco, 28 ans, votera Oboma aux élections présidentielles américaines. Avocat de formation, il tient la boutique de surf d'un ami pour le dépanner et lui permettre d'aller surfer. Lui aussi est surfeur, il aime cette proximité à la nature, cette vitalité. D'ailleur, c'est une des raisons qui lui fait préférer Obama. Il trouve Mc Cain trop vieux, et par conséquent incapable de voir le monde de la même manière qu'un jeune de sa génération. "Obama lui, dit-il, sera encore là dans 20 ou 30 ans alors il ne se préocuppe plus de l'environnement, et de l'équilibre du système planétaire". - PORTRAIT par Vincent Hild (3-5 feuillets) -

New York, États-unis - 26/10/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177299

Brittany, 23 ans, a grandi en républicaine la majorité de sa vie. En 2004, son premier bulletin a été pour Bush junior, comme sa mère le lui conseillait. Quatre an plus tard, au quartier général de Nashville (Tennessee), elle en est à son 200ème appels téléphoniques en quatre heures pour assurer à Barack Obama autant de votes que possible, à commencer par celui de sa mère. Elle tient à construire un monde différent de celui que G. Bush a dégradé d'année en année depuis huit ans. Etudiante en commerce appliqué à la musique, elle travaille également vingt heures par semaine en tant que serveuse. A raison de 2,13 dollars de l'heure, et même si viennent s'y ajouter les pourboires, il lui semble urgent que Obama intervienne pour redresser l'économie en commençant par stabiliser le prix du pétrole qui lui coûte jusqu'à un quart de sa paye. En attendant de gagner plus, elle habite chez sa mère et l'aide, à sa mesure, à payer les factures.

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0178542

23h, lundi 3 novembre 2008, Nashville, état du Tennessee, États-Unis - A la veille de l'ultime journée de vote des élections présidentielles américaines les militants de Barack Obama de Nashville dans le Tennessee aux États-Unis s'apprêtent à planter à tous les carrefours en vus de leur ville les porte-affiches de leurs candidats démocrates au Sénat, au Congrès et à la présidence des États-Unis. L'objectif de ces panneaux est de mettre en confiance les électeurs, de les décomplexer, de sorte à ce qu'ils se sentent portés par une vague bleue et que dès le matin ils pensent à aller voter pour leurs candidats démocrates.

Nashville, Tennessee, États-unis - 03/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0178549

Nick Wells a 28 ans. C'est lui qui dirige le quartier général démocrate de Nashville. Tous les militants lui sont dévoués, voir révérencieux. Ils attendent discrètement à la porte vitrée de son bureau qu'un signe de la main ou la détente de son visage leur indique qu'ils ne dérangent plus s'ils rentrent à ce moment là. Assis face à son ordinateur dans le seul bureau fermé du lieu, Nick minute chacune de ses actions. Cinq minutes pour untel, trois pour tel autre, celui-ci devra attendre encore un quart d'heure, etc. En même temps, il peut, à tout instant, à travers l'immense lucarne qui lui fait face, superviser l'immense entrepôt qui accueille continuellement une centaine de militants toujours en action. Un fonctionnement qui semble à rebours de ce qui se rencontre habituellement aux contacts des militants de Barack Obama où tout semble improvisé dans l'action sur un air de free jazz. Ici, Nick préfère orchestrer, ou du moins garder un œil sur ses ouailles... C'est qu'il n'a pas toujours été démocrate. Au contraire, il a même été président des jeunes républicains de son école pendant deux ans. La Mc Callie School, fondée il y plus d'un siècle par le pasteur du même nom, construisait, selon Nick, des républicains de père en fils et s'inspirait, à l'époque, pour ses préceptes des prêches du télé-évangéliste Pat Robertson connu pour son conservatisme et son homophobie… Justement, il s'est avéré que Nick Wells préférait les hommes. Dès lors, il lui devenait difficile de rester dans le camp des républicains qui font peu de cas de cette orientation sexuelle, voire la criminalise. "Il n'y a au parti républicain que des homosexuels très riches ou très naïfs", ironise-t-il. Aussi, il y a quatre ans il votait démocrate pour la première fois de sa vie, comme sa mère et son père eux aussi convertis. Désormais, en plus de savoir qui il est, il sait se qu'il veut pour son pays : un meilleur respect de l'homosexualité, la remise en cause de la peine de mort et plus de reconnai

Nashville, Tennessee, États-unis - 03/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0178546

23h, lundi 3 novembre 2008, Nashville, état du Tennessee, États-Unis - A la veille de l'ultime journée de vote des élections présidentielles américaines les militants de Barack Obama de Nashville dans le Tennessee aux États-Unis s'apprêtent à planter à tous les carrefours en vus de leur ville les porte-affiches de leurs candidats démocrates au Sénat, au Congrès et à la présidence des États-Unis. L'objectif de ces panneaux est de mettre en confiance les électeurs, de les décomplexer, de sorte à ce qu'ils se sentent portés par une vague bleue et que dès le matin ils pensent à aller voter pour leurs candidats démocrates.

Nashville, Tennessee, États-unis - 03/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0178525

Depuis quinze jours, Brenda, 44 ans, devrait être avec sa sœur jumelle à Cancun au Mexique pour fêter leur anniversaire commun. Au lieu de cela, sa soeur est en Caroline du Nord, et elle ici, à Nashville dans le Tennessee, chacune au cœur du quartier général local de la campagne présidentielle américaine pour l'élection de Barack Obama. Brenda estime qu'elle pourra aller à Cancun à bien d'autres occasions dans sa vie, mais que la chance d'élire Barack Obama ne se présentera qu'une fois. Alors, elle ne veut pas la rater. Elle a pris ses quinze jours de congés pour se consacrer à plein temps à la campagne et a dépensé les 1500 dollars du voyage en petits déjeuners offerts au QG, en affiches et autocollants distribués à travers toute la ville. Son fils de 18 ans qui vote pour la première fois cette année a participé à sa prise de conscience de l'importance de cette élection lorsqu'il lui a dit, alors qu'ils regardaient Obama à la télévision : "Maman, ce mec me donne l'espoir que ce pays puisse être différent". PORTRAIT 4-6 feuillet à vincent.hild@gmail.com

Nashville, Tennesse, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0178531

22h, lundi 3 novembre 2008, Nashville, état du Tennessee, États-Unis - Au quartier général Démocrate de Nashville, à la veille de l'ultime journée de vote des élections présidentielles américaines, militants volontaires ou rémunérés par le parti continuent d'organiser la campagne de Barack Obama. La dernière journée de vote à Nashville, comme ailleurs aux États-Unis, ne sera pas une journée d'attente mais de provocation... à voter, encore et encore, Obama. D'ailleurs, dans une heure, c'est son nom et son message "Yes we can" qui seront scandés puis applaudis en guise d'encouragements pour les militants sur le départ de l'ultime campagne d'affichage nocturne à Nashville.

Nashville, Tennessee, États-unis - 03/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177266

Jessica, 22 ans, pense qu'il est urgent pour l'Amérique de changer. Elle est persuadée qu'Obama est capable d'illustrer de belle manière l'idée de Max Weber selon laquelle, dans les temps de stress les politiciens innovent. Pour elle le stress réside à appeler le plus de monde en un temps le plus court possible. Elle est à la tâche depuis 8h ce matin à raison de 30 appels par heure, et vient de reprendre du service à 19h lorsqu'il a été décidé d'appeler de toute urgence les électeurs du Nevada, à 2500 kilomètres de là, pour aider leur état à basculer du côté démocrate.

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0178550

Depuis quinze jours, Brenda, 44 ans, devrait être avec sa sœur jumelle à Cancun au Mexique pour fêter leur anniversaire commun. Au lieu de cela, sa soeur est en Caroline du Nord, et elle ici, à Nashville dans le Tennessee, chacune au cœur du quartier général local de la campagne présidentielle américaine pour l'élection de Barack Obama. Brenda estime qu'elle pourra aller à Cancun à bien d'autres occasions dans sa vie, mais que la chance d'élire Barack Obama ne se présentera qu'une fois. Alors, elle ne veut pas la rater. Elle a pris ses quinze jours de congés pour se consacrer à plein temps à la campagne et a dépensé les 1500 dollars du voyage en petits déjeuners offerts au QG, en affiches et autocollants distribués à travers toute la ville. Son fils de 18 ans qui vote pour la première fois cette année a participé à sa prise de conscience de l'importance de cette élection lorsqu'il lui a dit, alors qu'ils regardaient Obama à la télévision : "Maman, ce mec me donne l'espoir que ce pays puisse être différent". PORTRAIT 4-6 feuillet à vincent.hild@gmail.com

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177284

19h, 04 novembre 2008, soirée électorale des présidentielles américaines. Deux manifestants forment le O de Obama en joignant leurs mains. Symbolique union de ces jeunes autour d'une cause commune, l'élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis. Phénomène rarissime que ces jeunes et moins jeunes manifestant leur volonté politique, leurs attentes et leur joie à travers les rues de la ville.

Nashville, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177280

18h, 04 novembre 2008, soirée électorale des présidentielles américaines. Il reste une heure pour voter à Nashville dans le Tennessee. A force de manifestations de joie et d'injonctions à voter, les partisans de Barack Obama veulent pousser les derniers partisans démocrates à aller voter à la sortie de leur travail. En retour, chaque changement de feu tricolore est l'occasion d'un concert de klaxons, de sourires de connivence et d'encouragement par les fenêtres entrouvertes.

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177311

19h, 04 novembre 2008, soirée électorale des présidentielles américaines. Les bureaux de vote sont clos à Nashville dans le Tennessee. Pourtant, rien n'arrête la démonstration de joie des militants de Barack Obama, comme une prière pour leur candidat ou une danse contre le mauvais oeil qui voudrait voir recompter les voix. Quoi qu'il arrive, on ne leur volera pas la fête qu'il se sont fait d'avoir pu voter pour le candidat de leurs rêves les plus insensés : élire un afro-américain président des États-Unis. En retour, chaque changement de feu tricolore est l'occasion d'un concert de klaxons, de sourires de connivence et d'encouragement par les fenêtres entrouvertes.

Nashville, Caroline du Nord, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0234962

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177308

4 novembre 2008, Soirée électorale du camp Démocrate au Mercy Lounge de Nashville, Tennessee . 23h, sur l'écran géant du Mercy Lounge de Nashville, les militants Démocrates écoutent, savourent les paroles de leur candidat, Barack Obama, premier afro-américain élu président des Etats-Unis.

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177264

4 novembre 2008, Soirée électorale du camp Démocrate au Mercy Lounge de Nashville, Tennessee . Tard dans la nuit, les militants de Barack Obama continuent de fêter l'élection du premier président afro-américain des États-Unis.

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177305

4 novembre 2008, Soirée électorale du camp Démocrate au Mercy Lounge de Nashville, Tennessee . 23h, Lucas sait depuis une heure que son champion, Barack Obama, est élu président des États-Unis mais il ne se lasse pas de voir s'égrainer les voix des grands électeurs en faveur de l'homme pour qui il animait encore hier soir l'ultime campagne d'affichage nocturne.

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177278

4 novembre 2008, Soirée électorale du camp démocrate au Mercy Lounge de Nashville, Tennessee . Tard dans la nuit, les derniers militants de Barack Obama continuent de crier leur joie de le voir élu président des États-Unis. « J'ai vécu en France, en Espagne, en Italie... Je n'aurais pas pu vivre aux Etats-Unis sous Mc Cain, maintenant qu'Obama est élu, je sais que je peux à nouveau vivre ici », Jeff, 37 ans, Nashville, 2h du matin le 5 novembre 2008.

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177268

4 novembre 2008, Soirée électorale du camp Démocrate au Mercy Lounge de Nashville, Tennessee . Tard dans la nuit, les militants de Barack Obama continuent de fêter l'élection du premier président afro-américain des États-Unis.

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176325

La famille Faulkner au grand complet sur les marches de leur maison transformée en QG pour la campagne d'Obama à Durham (de gauche à droite, Elijah, Miranda, Peck, Fox, Gabriel et... Barack).

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 02/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176203

Une équipe de porte à porte ciblé s'apprête à partir pour l'après-midi. Dans leurs bras leur feuille de route, leurs contacts, leur challenge et au final... des voix pour Obama.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176226

Dans le hall de la maison les volontaires indiquent leur noms, adresse, téléphone et e-mail qui permettront de les rappeler ce soir ou demain pour leur demander s'ils peuvent revenir encore et encore. Et si ce n'est pas cette année, ces fiches informatisées permettrons de les rappeler dans quatre ans.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176486

Une ville, Durham, mobilisée pour l'élection d' Obama. photographie: David Richard

Durham, Caroline du Nord Amérique, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0185214

Une ville, Durham, mobilisée pour l'élection d'Obama. photographie: David Richard

Durham, Amérique, États-unis - 00/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0175950

Michael Hardt

00/00/0000

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0176207

Dans la salle de jeux des enfants, en face du piano, le seul ordinateur de la maison connecté à une ordinateur pousse de nombreux volontaires à risquer le courroux de Miranda s'ils s'avéraient piétiner un de ses jouets.

Durham, Caroline du Nord, États-unis - 01/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0178534

23h, lundi 3 novembre 2008, Nashville, état du Tennessee, États-Unis - A la veille de l'ultime journée de vote des élections présidentielles américaines les militants de Barack Obama de Nashville dans le Tennessee aux États-Unis s'apprêtent à planter à tous les carrefours en vus de leur ville les porte-affiches de leurs candidats démocrates au Sénat, au Congrès et à la présidence des États-Unis. L'objectif de ces panneaux est de mettre en confiance les électeurs, de les décomplexer, de sorte à ce qu'ils se sentent portés par une vague bleue et que dès le matin ils pensent à aller voter pour leurs candidats démocrates.

Nashville, Tennessee, États-unis - 03/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177291

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0177273

18h, 04 novembre 2008, soirée électorale des présidentielles américaines. Il reste une heure pour voter à Nashville dans le Tennessee. A force de manifestations de joie et d'injonctions à voter, les partisans de Barack Obama veulent pousser les derniers partisans démocrates à aller voter à la sortie de leur travail. En retour, chaque changement de feu tricolore est l'occasion d'un concert de klaxons, de sourires de connivence et d'encouragement par les fenêtres entrouvertes.

Nashville, Tennessee, États-unis - 04/11/2008

 

David Richard / Transit / Picturetank RID0185218

Une ville, Durham, mobilisée pour l'élection d' Obama. photographie: David Richard

Duram, Amérique, États-unis - 00/11/2008



top